La Corée du Nord… Et les autres ?

La Corée du Nord est maintenant capable de frappes nucléaires. Les États-Unis ont dans la région des bombardiers et des sous-marins avec des armes nucléaires. La Corée du Nord n’oublie pas la guerre de 1950-1953 et la menace des États-Unis de frappe nucléaire.

La bombe donne au dictateur nord-coréen — un orgueilleux d’une immense vanité — un sentiment de puissance. Pour autant, l’arme nucléaire assure-t-elle la sécurité de la Corée du Nord ? Non ! Au contraire ! La Chine soutient la Corée du Nord depuis les années 1950 pour éloigner la puissance
états-unienne de sa frontière. La bombe nord-coréenne fragilise le soutien de la Chine. Car l’arme nucléaire ne protège pas. Au contraire, elle crée une menace, pour le peuple qui la possède et pour celui désigné comme son ennemi.

Les peuples et les 122 États qui ont adopté un traité international d’interdiction des armes nucléaires le 7 juillet 2017 ont bien insisté sur l’erreur gravissime de jugement des pays nucléaires.

L’Histoire montre que l’arme nucléaire a provoqué une succession de crises : crise de Cuba, crise des euromissiles… Si l’URSS n’a pas envahi l’Europe, ce n’est pas grâce à la bombe, mais parce que les Européens ont créé une solidarité entre eux. De même, contrairement à une idée répandue, ce ne sont pas les bombes d’Hiroshima et Nagasaki qui ont provoqué la reddition du Japon, mais bien l’entrée en guerre de l’Union soviétique contre le Japon le 8 août 1945, comme démontré par d’éminents historiens.

Si les États-Unis, la Chine, et les autres avaient éliminé leurs armes nucléaires, la Corée du Nord ne serait pas devenue une puissance nucléaire. Les États nucléaires sont responsables de cette situation. Après la Corée du Nord, la Corée du Sud, le Japon, futurs États nucléaires ?

Pour sortir de cet engrenage, la vraie solution est celle de l’abolition des armes nucléaires. Après l’abolition de l’esclavage. Le traité d’interdiction ouvre la voie. Interdiction de possession et aussi de menace. Interdiction de toutes les activités qui, de près ou de loin, participent au maintien et à la modernisation des armes nucléaires et de leurs vecteurs.

C’est bien ce que signifie l’attribution du prix Nobel de la paix 2017 à ICAN, campagne internationale pour l’abolition des armes nucléaires.

Jean-Pierre Dacheux et Patrice Bouveret

November 19, 2017