Soutien aux 3 Dijonnais en procès pour intrusion dans le site CEA de Valduc

Jacques Bourgoin, Jean-Marc Convers et Étienne Godinot sont convoqués au Tribunal judiciaire de Dijon pour avoir manifesté leur opposition à l’arme nucléaire.

Prévu initialement le 12 février à 14h30, le procès est reporté sine die (sans date fixée).

Nous vous invitons à manifester votre soutien en adressant une lettre au Président du Tribunal correctionnel de Dijon pour demander la relaxe des prévenus. Voir modèle à télécharger : Modèle lettre soutien 3 Dijonnais 03.02.2021.

Vous pouvez d’ors et déjà envoyer votre lettre qui sera remise à l’audience par l’avocate :
• par mail à : etienne.godinot@wanadoo.fr
• par courrier à Étienne Godinot, 71 avenue maréchal Lyautey, 21000 Dijon

Le site du CEA de Valduc assure notamment la modernisation des 290 bombes atomiques de la France. Suite à l’accord Lancaster House de 2010, certaines des installations du site servent également au Royaume-Uni pour la maintenance de son arsenal nucléaire.

Le jeudi 9 juillet 2020 vers 18 h, pour manifester leur opposition à l’arme nucléaire et redire à la direction du CEA leur souhait d’être reçus, les trois lanceurs d’alerte membres du « Collectif Bourgogne France-Comté pour l’abolition des armes nucléaires » sont entrés en voiture dans la zone du site de Valduc dite « Chantier Nord » dans laquelle ils ont pu pénétrer librement sans même s’arrêter, personne n’étant présent au poste de garde et la barrière étant levée. Arrivés au bâtiment blanc appelé « Château », Ils se sont pris en photo devant le château avec la banderole « Armes nucléaires : reconversion du site CEA de Valduc ». Empêchés de repartir par deux salariés du CEA, ils ont été auditionnés par la gendarmerie appelée en renfort. Le Parquet a décidé de les poursuivre. Ils encourent théoriquement jusqu’à trois ans d’emprisonnement et 45 000 euros d’amende…

Pour en savoir plus

• Historique des actions menées à Dijon et Valduc à télécharger (format pdf) : Historique actions Dijon Valduc depuis 2014

• Dossier sur le procès et son contexte à télécharger (format pdf) : memoire proces dijon valduc 2021

Vigies en décembre 2018

Vendredi 7 décembre, devant le ministère des armées, Paris :

• de 8 h 15 à 9 h 15, rendez-vous à la station Balard du tram ;
• entre 9 h 15 et 12 h, rendez-vous au café-tabac « Le Balard »,
angle place Balard et avenue Félix-Faure ;
• de 12 h à 13 h, rendez-vous à la station Balard du tram ;
• de 16 h à 17 h, entrée du métro Balard.

En soutien à l’action non-violente sur place, vous êtes invité-e-s à jeûner sur votre lieu de vie ou à être en union de pensée avec les jeûneurs. Dans un cas comme dans l’autre, faites-le savoir si possible au plus tard l’avant-veille à : <marie-claude.thibaud@wanadoo.fr> ou au 06 71 60 05 46

 

19 décembre place Saint-Michel, Paris
• de 17h00 à 18h00 :
Les personnes qui peuvent venir sont invitées à informer en amont : thierry.duvernoy1963@hotmail.fr / ou 06 87 30 31 69 (de préférence par SMS)
.
Mercredi 15 décembre à Bordeaux
Une nouvelle vigie a démarré devant l’hôtel du quartier général de la région militaire , 29 rue Vital Carles, à l’initiative du collectif Tchernoblaye. Tenue souhaitée noire et masque blanc.
Les personnes qui souhaitent participer sont invitées à prendre contact avec : mimosagironde@gmail.com ou 06 62 63 94 60 (de préférence par SMS)
.

Nos actions en mars 2018

Présence au rassemblement du dimanche 11 mars 2018 pour la commémoration de la catastrophe de Fukushima

  • Tenue d’un stand
  • Animation d’une conférence débat

Des informations sur la journée du 11 mars 2018 sur le site du réseau Sortir du Nucléaire.

 

Action d’interpellation du vendredi pour l’abolition des armes nucléaires :

Devant le Ministère des Armées, le vendredi  2 mars 2018, .
• 8h–9h : présence devant l’entrée du ministère, 60 bd du gl Martial Valin (métro Balard, sorties 1 ou 2 )
• 9h–12h : réunion bilan au café « Le Balard », à l’angle de la place Balard et de l’avenue Félix Faure
• 12h – 13h : présence devant l’entrée du ministère, 60 boulevard du général Martial Valin (métro Balard, sorties 1 ou 2 )
• 16h–17h : présence devant entrée du métro Balard
Merci de mettre une tenue noire, nous fournissons les masques blancs !

 

Action d’interpellation du mercredi pour l’abolition des armes nucléaires

  • Place St Michel devant la Fontaine, tous les 2 mercredis après-midi, de 17h00 à 18h00
  • La mise en scène sera celle pratiquée devant ministère, en silence, en noir, avec masques blancs et une banderole ICAN.
  • Dates en mars : le mercredi 14 mars, le mercredi 28 mars 2018

Les personnes souhaitant venir sont invitées à en informer avant chaque vigie  : thierry.duvernoy1963@hotmail.fr /

Prix Nobel de la Paix 2017

Le 10 décembre 2017 a eu lieu la remise du Prix Nobel de la Paix 2017 à ICAN, pour sa campagne internationale pour abolir les armes nucléaires. Notre plus jeune représentant était présent  à Oslo, en Norvège, en famille.Le voici en photo, entouré de deux Hibakusha.

Ce succès, c’est le Traité d’interdiction des armes nucléaires adopté à l’ONU le 7 juillet 2017 par 122 États et qui entrera en vigueur l’année prochaine.

Il reste maintenant un travail considérable pour que notre pays respecte la démocratie et accepte cette législation internationale. Nous comptons sur tous pour transformer l’opinion publique et renforcer la sécurité collective.

Nos actions de janvier 2018 : compte rendu

Vendredi 12 janvier 2018

Nous étions une dizaine de permanents à chaque moment de la journée.

Scènes d’échanges de vœux entre gens pacifiques,                    polis, décidés à faire changer d’avis un jour nos                            interlocuteurs grâce à nos arguments toujours renouvelés.

Notre vétéran s’est tenu à la porte d’entrée du ministère              des armées. Il a lu inlassablement à voix forte, le traité                de non- prolifération des armes nucléaires.

Un nouvel étendard a été conçu par un des nôtres,                       en  famille. Et toujours renouvelée et affichée une                         banderole sur papier.

La quantité de flyers distribués ne fait qu’augmenter.                     Le texte du flyer se trouve après la photo qui suit.

A bientôt de vous y rencontrer.

 

 

Un prix Nobel pour ICAN

ICAN, c’est la Campagne internationale pour abolir les armes nucléaires. Cette campagne a travaillé pour le vote à l’ONU d’un Traité d’interdiction des armes nucléaires. Un vote historique en juillet 2017 par 122 pays contre 1 ! Le prix Nobel de la paix a été attribué à cette campagne ICAN qui regroupe 500 associations dans plus de 100 pays.

L’interdiction des armes nucléaires est maintenant totale, en possession, en utilisation et même en menace. La dissuasion nucléaire est donc hors la loi internationale. Comme les armes chimiques et bactériologiques.

La France est totalement opposée à cette interdiction. En 2018, il va être voté le budget de renouvellement de tout l’arsenal nucléaire français. Dans les prochaines années cela  coutera 6 milliards d’euros par an.

La dissuasion nucléaire est-elle une garantie de sécurité ? Certainement pas, si on analyse les conflits où des pays nucléaires se sont fait agresser. L’Egypte a attaqué Israël dans la guerre du Kippour, l’Argentine a attaqué le Royaume Uni dans la guerre des Malouines. L’arme nucléaire se veut marqueur de puissance, mais un marqueur qui menace l’humanité d’apocalypse avec les 15.000 bombes actuellement en service.

Nous demandons que la France signe le Traité d’interdiction des armes nucléaires.

 

MERCREDI 17 janvier 2018

Première vigie à Paris, place Saint-Michel.

 

Cette action est renouvelée tous les 15 jours,       le mercredi de 17-18h.

La spectaculaire faillite de la toute puissante force de dissuasion nucléaire américaine

La crise Coréenne actuelle montre à quel point la plus puissante force de dissuasion nucléaire de notre planète se révèle … impuissante !

En effet, en dépit de l’énorme puissance de l’ensemble des bombes nucléaires de leur arsenal, environ 10 000 (dix mille) fois celle de la Corée du Nord, les USA n’ont pas réussi à empêcher celle-ci de développer son programme nucléaire militaire et de l’utiliser pour déjà les menacer !

En fait, la sortie de la Corée du Nord du Traité de Non-Prolifération (TNP) en 2002 « pour assurer sa sécurité » et le développement de son programme nucléaire constituent des exemples typiques de prolifération, dont les États dotés d’armes nucléaires, les USA en tête, portent la responsabilité et que le TNP n’a pas été capable d’empêcher.

Lorsque l’on considère ce que représente le déploiement militaire des USA dans le cadre de l’OTAN, disposant d’environ 70% du budget mondial des armements, avec environ 700 bases en dehors de son territoire, entourant notamment, dans une sorte d’étau, la Russie, le Moyen Orient et presque toute l’Asie, l’on comprend alors qu’un pays comme la Corée du Nord puisse se sentir menacé, surtout lorsque les USA se lancent dans des exercices militaires sous son nez !

Et alors, que dire de la force de dissuasion nucléaire de la France ? Que peut faire la France, avec sa « force de frappe », pour empêcher l’éventuel éclatement d’une guerre nucléaire dans la région Nord-Est asiatique et qui pourrait ensuite devenir mondiale et donc la concerner aussi de plein fouet et d’une manière absolument tragique ?

La réponse est simple et claire : rien !

Conclusion (un enfant de dix ans peut également y arriver) : la seule solution consiste dans l’élimination irréversible (= abolition) de toutes les armes nucléaires dans le monde.

Ceci d’autant plus que, d’après des expertes et experts parmi les plus qualifiés (les « Scientifiques Atomiques » en lien avec une quinzaine de Prix Nobel de différentes disciplines), depuis le début des années 90 le risque d’une guerre nucléaire, même par erreur, par accident ou par sabotage, n’a fait qu’augmenter, si bien que maintenant il est revenu comme aux pires moments de la Guerre froide.

On voit alors ici toute la pertinence et le rôle essentiel du Traité International d’Interdiction des armes nucléaires, adopté le 7 juillet dernier à New York dans le cadre de l’ONU et qui entrera en vigueur dès que le 50ème État l’aura ratifié.

En effet, ce Traité, qui stigmatise d’ores et déjà même la possession des armes nucléaires, ne manquera pas de changer, et même radicalement, la façon dont les armes nucléaires sont souvent perçues par l’opinion publique, par les responsables politiques, par les chercheurs et chercheuses, par les opérateurs industriels, économiques et financiers, et par les … militaires !

Tout cela permettra ainsi, grâce également à des négociations multilatérales appropriées, de parvenir à l’élimination totale des armes nucléaires, dont l’irréversibilité sera garantie par ce même Traité d’Interdiction.

Oui – direz-vous – ça c’est sans doute la bonne solution dans le moyen ou long terme, mais quoi faire dans l’urgence de la situation actuelle, avec des personnages « singuliers » comme Donald Trump et Kim Young-un qui risquent, sur un coup de tête d’appuyer sur le bouton ?

La seule solution acceptable est celle diplomatique, avec l’ouverture de négociations entre les USA et la Corée du Nord, dans le cadre de l’ONU et grâce à une médiation de la Chine, bien placée pour jouer ce rôle essentiel.

Luigi Mosca, septembre 2017