Soutien aux 3 Dijonnais en procès pour intrusion dans le site CEA de Valduc

1 View

Jacques Bourgoin, Jean-Marc Convers et Étienne Godinot sont convoqués le vendredi 12 février 2021 à 14 heures au Tribunal judiciaire de Dijon pour avoir manifesté leur opposition à l’arme nucléaire.

Nous vous invitons à manifester votre soutien en adressant une lettre au Président du Tribunal correctionnel de Dijon pour demander la relaxe des prévenus. Voir modèle à télécharger : Modèle lettre soutien 3 Dijonnais 15.12.2020.

Envoyer la lettre avant le 5 février 2021 qui sera remise à l’audience par l’avocate :
• par mail à : etienne.godinot@wanadoo.fr
• par courrier à Étienne Godinot, 71 avenue maréchal Lyautey, 21000 Dijon

Le site du CEA de Valduc assure notamment la modernisation des 290 bombes atomiques de la France. Suite à l’accord Lancaster House de 2010, certaines des installations du site servent également au Royaume-Uni pour la maintenance de son arsenal nucléaire.

Le jeudi 9 juillet 2020 vers 18 h, pour manifester leur opposition à l’arme nucléaire et redire à la direction du CEA leur souhait d’être reçus, les trois lanceurs d’alerte membres du « Collectif Bourgogne France-Comté pour l’abolition des armes nucléaires » sont entrés en voiture dans la zone du site de Valduc dite « Chantier Nord » dans laquelle ils ont pu pénétrer librement sans même s’arrêter, personne n’étant présent au poste de garde et la barrière étant levée. Arrivés au bâtiment blanc appelé « Château », Ils se sont pris en photo devant le château avec la banderole « Armes nucléaires : reconversion du site CEA de Valduc ». Empêchés de repartir par deux salariés du CEA, ils ont été auditionnés par la gendarmerie appelée en renfort. Le Parquet a décidé de les poursuivre. Ils encourent théoriquement jusqu’à trois ans d’emprisonnement et 45 000 euros d’amende…

Pour en savoir plus

• Historique des actions menées à Dijon et Valduc à télécharger (format pdf) : Historique actions Valduc depuis 2014

• Dossier sur le procès et son contexte à télécharger (format pdf) : Memoire proces dijon 2021

  1. Ce site de Valduc appartient à tous les Français et s’il est mal gardé c’est de la responsabilité de l’État français, pas de ceux qui y sont allé pour protester à juste titre contre le déni des engagements au désarmement nucléaire général et complet pris par la France depuis 1970 avec l’ensemble de la communauté internationale, avec pour l’État français en causes aggravantes la dilapidation des ressources qui devraient être affectées à la transition énergétique et environnementale, avec la pollution grave de notre environnement par les déchets radioactifs que produit la réalisation de ces armes de destruction massive et avec le déni de démocratie en exerçant ici de telles activités en dépit de la volonté affirmée des Français de voir disparaître ces armes. C’est bien l’État français qu’il convient de poursuivre pour atteintes et menaces à l’environnement, parjure des engagements nationaux en refusant de plus d’adhérer au Traité d’interdiction des armes nucléaires prévu par le Traité de non-prolifération nucléaire adopté par la France, atteinte aux droits humains par préméditation de crime contre l’humanité et provocation hégémonique par la possession et le maintien permanent en alerte de ces armes dont les droits humanitaire et des conflits interdisent l’emploi et qui exigent leur élimination, comme l’a rappelé la Cour internationale de justice. Les délinquants ne sont pas ceux que la Justice convoque ici mais bien les responsables étatiques français qui commettent ces délits et préparent ces crimes. Ceux que la Justice convoque n’ont fait que leur devoir, alerter la Justice de ces graves manquements à la loi et aux droits.

  2. En accord sur le fond avec l’action menée, j’ajoute un argument sur la forme, celui de l’exercice du droit de manifester son opinion qui a été exercé ici sans que la supposée infraction (violation de domicile ?) à l’encontre des propriétaires du château de Valduc ne leur ait fait subir un quelconque préjudice. Une action non-violente exemplaire !

  3. Solidarité totale avec nos camarades injustement inculpés d’intrusion dans un espace qui se veut protégé, alors que la barrière d’accès est ouverte sans gardien attitré -)!
    Le CEA s’honorerait de retirer sa plainte.
    A noter que la loi protège les lanceurs d’alerte (*).
    Justice pour nos camarades.
    « tous ensemble ».
    🕊☢️🌎🌻☮️🌈
    Gérard Lévy
    (co-responsable de la commission paix et désarmement EELV)
    (*) Protection et accompagnement des lanceurs d’alerte en France
    https://transparency-france.org/aider-victimes-de-corruption/lanceurs-dalerte/
    (*) Mise en place du dispositif « Lanceurs d’alerte » (01.01.18) – Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères:
    https://www.diplomatie.gouv.fr/fr/le-ministere-et-son-reseau/actualites-du-ministere/actualites-du-ministere-de-l-europe-et-des-affaires-etrangeres/article/mise-en-place-du-dispositif-lanceurs-d-alerte-01-01-18

  4. Courrier de soutien fait. Ce combat mérite notre soutien collectif et massif pour les générations futures. Merci à nos lanceurs l’alerte !